Les meilleurs rituels de beauté inspirés de la nature

Alors que les années passent, que les époques et le monde de la mode changent constamment, notre concept de la beauté et de ce qui est beau continue également à évoluer. Chaque nouvelle année apporte son lot de tendances et une idée différente de ce que nous devons rechercher dans notre style, notre visage et nos explorations cosmétiques. Mais notre sens de ce qui est vraiment désirable reste intriguant et intemporel.

Chacun sait que les tendances de la mode changent sans cesse, mais la beauté et la grâce sont éternelles et infinies. La vraie beauté n’a rien à voir avec le fait de couvrir le naturel ou d’en faire trop. Il s’agit plutôt d’optimiser et d’accentuer le naturel, de mettre en valeur nos plus beaux traits et d’exploiter le mystère de notre regard, la douceur de notre peau, les courbes délicates de nos lèvres et la magie infinie de la couleur, de la forme et du contour.

Jetons un coup d’œil dans les coulisses de certaines des pratiques de beauté ritualisées uniques de l’Antiquité et voyons comment elles ont influencé nos rituels de beauté dans notre monde de la beauté et des soins de la peau en constante évolution et accélération. Comprendre le passé, c’est comprendre le présent. Plus nous en savons sur les origines de nos rituels de soins, plus nous pouvons apprécier les cycles sans fin et l’intemporalité de la beauté.

La beauté comme divinité : les cosmétiques pionniers dans l’Égypte ancienne

Grâce à la quantité étonnante de reliques, d’artefacts et de trésors magnifiquement conservés laissés par les différentes dynasties de l’ancien empire égyptien, nous disposons d’une mine de connaissances sur de nombreux aspects de la vie dans le delta du Nil. En conséquence, notre compréhension de la beauté de l’Égypte ancienne est étonnamment luxuriante. Les Égyptiens appréciaient l’esthétique et la mise en valeur de certaines caractéristiques. L’influence de cette culture fascinante se fait encore sentir aujourd’hui.

Nous sommes nombreux à savoir que la royauté et l’aristocratie égyptiennes se parent d’or et de pierres précieuses. Pourtant, la complexité et la subtilité des cosmétiques égyptiens étaient bien plus grandes qu’il n’y paraît à première vue.

 Les Égyptiens, par exemple, semblent avoir été l’une des premières cultures antiques à expérimenter les minéraux précieux, notamment la malachite, d’un vert vif, qu’ils broyaient en une fine poudre et utilisent ensuite comme fard à paupières ou comme rouge à joues. 

La beauté comme divinité : les cosmétiques pionniers dans l'Égypte ancienne

Les sulfites étaient utilisés comme khôl pour faire ressortir la beauté des yeux et le carmin écrasé, la poudre d’iode et certaines algues du Nil ajoutent de la profondeur à la couleur des lèvres.

Cependant, la plus intéressante de toutes les pratiques de beauté de l’Égypte ancienne est sans doute l’approche ritualisée des soins de la peau et l’importance accordée par les Égyptiennes à l’embellissement, à la nutrition et à l’hydratation de la peau. Même Shakespeare a immortalisé dans ses œuvres Cléopâtre qui, selon la légende, se baignait dans du lait. Et en effet, il n’était pas loin de la vérité. 

Les archives égyptiennes nous apprennent qu’elle et d’autres dames aristocratiques de sa cour utilisaient des bains de miel et de lait pour embellir leur peau. En même temps, ils utilisaient des gommages au sel (provenant des eaux riches en minéraux de la mer Morte, bien sûr), des huiles d’amande et même du vinaigre de cidre de pomme dans leurs rituels de soins de la peau. Tous ces ingrédients sont encore très demandés sur le marché de la beauté aujourd’hui.

Pour les Égyptiens de l’Antiquité, la beauté ne se résumait pas aux cosmétiques, à la confiance en soi, à l’apparence ou au bien-être. C’était un moyen d’améliorer la chair des mortels pour se rapprocher des dieux qui supervisait tous les aspects de leur vie. Les cosmétiques, baumes, onguents et élixirs étaient conservés dans les chambres funéraires pour servir d’offrandes aux divinités et utilisés lors des cérémonies religieuses afin de démontrer le lien profond entre la beauté du monde vivant et la perfection qui existait dans le monde divin.

Le pays du lait et du miel : les rituels de beauté de la Grèce antique

Lorsque l’on pense à la beauté et aux idéaux de beauté dans le monde classique, la civilisation des Grecs anciens vient immédiatement à l’esprit. La Grèce a été le berceau du monde moderne, le foyer spirituel du théâtre, de l’art, de la poésie épique et des femmes d’une beauté éblouissante, pour le visage desquelles des milliers de navires ont pris la mer et pour lesquelles d’innombrables exploits glorieux ont été entrepris.

 Les Grecs de l’Antiquité vouaient un culte à la beauté et à la perfection de la forme humaine d’une manière jusqu’alors inconnue dans le monde. Ils idolâtrent la beauté féminine dans la figure d’Aphrodite, qui était considérée comme le modèle ultime pour les femmes et était considérée comme le point de comparaison pour le zénith de l’amour et du désir.

Dire que les Grecs anciens ont eu une influence sur les cosmétiques et les rituels de beauté modernes serait un euphémisme. En fait, le mot “cosmétique” vient du grec cosméticos et l’art du maquillage et de l’accentuation de la beauté naturelle était un élément essentiel de la vie quotidienne sur les îles et le continent grecs à l’apogée de leur remarquable civilisation.

L’aspect des rituels de beauté de la Grèce antique le plus familier aux femmes d’aujourd’hui a toutefois tout à voir avec le plus grand trésor des forêts de la Grèce antique : l’huile d’olive.

Le pays du lait et du miel : les rituels de beauté de la Grèce antique

Le luxe de la Rome antique : beauté et bien-être à un niveau supérieur

Si les Grecs et les Égyptiens de l’Antiquité ont fait des progrès phénoménaux en matière de cosmétiques, de rituels de beauté et de soins de la peau, ce sont bien sûr les Romains qui ont perfectionné l’art de l’embellissement, du luxe et de l’indulgence. Au premier siècle de notre ère, l’Empire romain était à l’apogée de sa décadence et partout où l’on découvrait des sources d’eau chaude dans ce vaste empire, on construisait des bains et des spas élaborés et raffinés. 

Les bains romains étaient principalement axés sur l’hygiène, la relaxation et la socialisation, mais les soins de la peau jouent également un rôle important. Les visiteurs des bains publics utilisaient des huiles parfumées et hydratantes appliquées sur l’ensemble du corps avant un gommage complet pour éliminer les cellules mortes et les dépôts de saleté qui obstruent les pores.

 Ce processus était généralement suivi d’un massage vigoureux ou de l’ajout d’autres ingrédients hydratants provenant des confins de l’empire. Beurre de cacao, miel, yaourt et savons crus à base d’huiles et de cendres. 

L’embellissement prenait également la forme de cosmétiques et, tout comme les Grecs avant eux, les Romains se donnaient beaucoup de mal pour rehausser leur beauté naturelle en utilisant de la marne blanche et de la poudre de craie pour obtenir un teint lisse, sans défaut et pâle. Le rouge était également populaire et était généralement fabriqué à partir de moût de raisin (un déchet de l’industrie vinicole romaine en plein essor), de mûres et de pétales de rose.

Les dernières années de l’Empire romain ont donné à l’art de la beauté en Europe un nouvel essor avant la désintégration de la civilisation et l’avènement de l’âge des ténèbres. Il est intéressant de noter qu’après la chute de l’Empire romain, l’utilisation de cosmétiques, de parfums et de crèmes hydratantes a diminué dans le monde occidental et que nombre des secrets et rituels perfectionnés par les civilisations classiques ont été perdus à jamais. En fait, les rituels de beauté, le maquillage et les soins de la peau ne sont apparus en Europe qu’au 13e siècle. 

Nous avons entrepris une quête mondiale pour découvrir les secrets de la beauté et de la jeunesse et immortalisé nos découvertes de l’essence de la beauté dans nos élixirs et produits de beauté uniques. Notre philosophie est millénaire : La beauté est intemporelle et de nouveaux sommets de perfection sont à atteindre.